R.D. du Lao
Dernier grand mammifère herbivore découvert, le saola n’a jusqu’alors jamais été observé vivant par des scientifiques. Cette difficulté d’observation renforce le caractère mythique conféré à l’espèce.

Une espèce en sursis

Les dernières estimations indiquent qu'il subsisterait moins de 750 saolas au sein des montagnes du Vietnam et du Laos. L’espèce est classée "En danger critique d'extinction" par l'UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Bien que le saola souffre de la dégradation de son habitat, due à l'exploitation forestière et l'agriculture, la principale menace pesant sur l’espèce reste la chasse, très répandue au sein de son aire de répartition pour le marché de la viande de brousse. Entre 1995 et 2003, 30 saolas auraient été abattus au sein de la réserve naturelle de Pu Huong, au Vietnam. Bien qu'il ne soit pas utilisé dans la médecine traditionnelle asiatique, le saola est victime de cette pratique car il est souvent piégé accidentellement à la place d'autres petits ongulés chassés pour alimenter la pharmacopée locale.

Des actions de protection

Soutenue par Beauval Nature, la Saola Foundation tente de mobiliser les ressources financières et techniques nécessaires à la localisation des derniers individus dans la nature afin de pouvoir mettre en place un programme d’élevage ex-situ pour l’espèce avant qu’elle ne s’éteigne.

En parallèle, l’association travaille avec les populations indigènes locales afin de protéger la forêt et la biodiversité menacée et méconnue des montagnes Annamites.

Notre partenaire