Djibouti
A l’initiative de Beauval Nature et de l’association locale DECAN, le massif montagneux d’Assamo et la vallée de Djalélo ont été classés en « aires protégées » par le gouvernement Djiboutien en 2014. L’objectif est de protéger deux espèces phares de la faune djiboutienne : l’antilope Beira Dorcatragus megalotis), présente à Assamo, et la gazelle girafe (Litocranius walleri), que l’on trouve à Djalélo.

Un écosystème en sursis

Malgré leur statut d’aires protégées, ces deux zones subissent des atteintes environnementales dues aux pressions anthropiques : prélèvements industriels de sable et de graviers, surpâturage, déforestation pour le charbon de bois, campements illégaux, etc. La protection et le suivi dans ces deux aires restent difficile ce qui menace ces écosystèmes.

Des actions de protection

Suite à la création des deux aires protégées, un réseau d’écogardes a été mis en place pour en assurer la protection.

Afin de permettre à la population locale de se connecter avec la nature et de pérenniser financièrement le programme, un campement écotouristique a été construit dans chacune de ces deux zones.

Ces aires protégées permettent également la mise en place d’études scientifiques écologiques afin d’améliorer les connaissances sur une faune et une flore djiboutienne encore largement méconnues.

Forte de son implication pour la conservation du patrimoine naturel à Djibouti, l’association Beauval Nature souhaite aujourd’hui s’investir activement dans le développement de ces recherches scientifiques et le suivi de la biodiversité des deux aires protégées.

Notre partenaire