Polynésie
Endémique des îles volcaniques du Pacifique sud, la plupart des espèces d’escargots de Polynésie ont disparu. Sur 59 espèces d’escargots recensées en 2009 : 43 sont officiellement éteintes, 4 sont en danger critique d’extinction et 11 autres sont éteintes dans la nature mais présente en parcs zoologiques.

Des espèces en sursis

En plus de la perte de leur habitat, la plus grande menace pour les escargots de Polynésie a été l’introduction de prédateurs, en particulier l'escargot carnivore de Floride Euglandina rosea et, plus récemment, le ver plat de Nouvelle-Guinée Platydemus manokwari.

Des actions de protection

Plusieurs espèces d’escargots de Polynésie, aujourd’hui éteintes dans la nature, sont conservées par la communauté zoologique internationale grâce à une quinzaine de zoos américains et européens.

Lancé en 1986, l’objectif du » Partulid Global Species Management Programme (PGSMP) » est de rétablir au sein de leur zone géographique d’origine, ces espèces aujourd’hui éteintes à l'état sauvage. Entre 2015 et 2019, plus de 16 000 escargots de plusieurs espèces ont ainsi été réintroduits.

En parallèle, le programme mène des actions de conservation de l’habitat et lutte contre les espèces prédatrices invasives. Un programme d’éducation et de sensibilisation des populations locales a également été mis en place.

Beauval Nature a intégré le programme international avec comme première étape la reproduction de plusieurs espèces d’escargots de Polynésie au sein d’une zone dédiée dans le dôme équatorial du ZooParc de Beauval. L’objectif à terme est de procéder à des réintroductions d’individus dans le milieu naturel.

Notre partenaire